19/10/2011

_

yahvé ou Jéhovah.jpg

 

6- Tétragramme, oui mais :

 Comment prononcer aujourd'hui le Nom divin ?

Comme nous l’avons vu, en hébreu, le nom de Dieu s'écrit יהוה. Ces quatre lettres qui se lisent de droite à gauche, sont appelées le Tétragramme.

 

 

 Mais comment le prononcer : Yahvé ou Jéhovah ?

 

Voici ce qu’en disent les experts…

 

 

 

 

 

 

 Le livre juif du pourquoiA. J. Kolatch -

préfacé par Joseph Sitrukpp. IX, 347; Genève 1990, Éd. MJR 

 

"La référence biblique à Dieu comme Ye.ho.va. (Jéhovah), écrite avec les lettres hébraïques Yod, Hé, Vav, Hé, est généralement considérée être le nom 'authentique' de Dieu." 


 

George Buchanan, professeur honoraire au

Wesley Theological Seminary de Washington:

 

"Jadis, il était fréquent que les parents donnent à leurs enfants des noms forgés à partir de celui de leurs divinités. Cela signifie qu'ils prononçaient le nom de leurs enfants de la même façon que celui de leur dieu. Le Tétragramme était utilisé dans les noms des gens, et ils employaient toujours la voyelle du milieu."

 

Exemples :

 

Jonathan (1 Sam 18:1)

Transcription de l'hébreux : Yehônathan 

 

Josaphat (1 Rois 4:3)

Transcription de l'hébreux : Yehôshaphat

 

 

Pourtant, la Catholic Encyclopedia explique que les noms Jonathan et Josaphat (et d'autres encore) viennent de la prononciation « Yahweh »…

 

Cette explication rencontre cette difficulté : Une prononciation bi syllabique du Tétragramme telle que "Yahvé" ne permet pas le son vocalique « o » dans le nom de Dieu.

 

Dans les dizaines de noms bibliques qui contiennent le nom divin, cette voyelle centrale apparaît tant dans les formes premières que dans les formes raccourcies, comme dans Yehonathan et Yonathan.

 

 

.

 

Le professeur Buchanan dit au sujet du nom divin: 

 

"En aucun cas la voyelle 'ou' ou 'ô' n'est omise. Le mot était parfois abrégé en 'Ya', mais jamais en 'Ya-vé'. [...] Quand le Tétragramme était prononcé en une seule syllabe, c'était 'Yah' (alleluYah) ou 'Yo '. Quand il était prononcé en trois syllabes, ce devait être 'Yahowah' ou 'Yahouwah'. Si tant est qu'il ait jamais été abrégé en deux syllabes, ce devait être 'Yaho'." 
 Bîblical Archaeology Review.

   

Didier Fontaine, diplômé de Lettres Classiques

de l'Université Jean Monnet à Saint Etienne.

Couverture.jpg

imprimé en octobre 2010

pages 37 à 41 :

 

37.jpg

38.jpg

39.jpg

40.jpg

41.jpg

 

42.jpg

Feu et Lumière n°180 janvier 2000:


"Aujourd'hui, lorsqu'un juif rencontre ce Tétragramme divin, il lit Adonaï, Seigneur ou Hashem le Nom, et non pas Yahvé comme le rend de façon très hypothétique la Bible de Jérusalem (Nous renvoyons ici au livre de Gérard Gertoux - Un historique du nom divin, selon Gérard Gertoux la prononciation du Tétragramme était Yéhouah.)"

 


 


Déclaration faite au XIXe siècle par l'hébraïsant

Wilhelm Genesius dans son dictionnaire

 

"Ceux qui considèrent que "Yehowah" était la vraie prononciation du nom de Dieu ne sont pas tout à fait sans fondement pour défendre leur opinion.
Dans ces conditions, les syllabes abrégées  "Yeho" et "Yo", par lesquelles commencent beaucoup de noms propres, peuvent s'expliquer de façon bien plus satisfaisante.
 
Savoir que les hébreux donnaient très souvent des noms à leurs enfants ou à des lieux géographiques dans lesquels on retrouve le nom du créateur nous apprend autre chose de très intéressant : Contrairement à l'idée reçue qui repose sur une interprétation erronée de Exode 20:7, le nom par excellence n'était pas tabou ; il était en réalité honoré, aimé, respecté... et employé."


 

The Old Rabbinic Doctrine of God

 

"Il fut un temps où cette interdiction [d'employer le nom divin] était parfaitement étrangère aux Juifs (...). Ni en Égypte ni à Babylone les Juifs ne connaissaient ou n'observaient de loi interdisant l'emploi du nom de Dieu, le Tétragramme, dans la conversation courante ou dans les salutations. Pourtant, entre le IIIe siècle avant notre ère et le IIIe siècle de notre ère, une telle interdiction existait et était partiellement observée."

 


 

Non seulement il était permis d'employer le nom divin dans

les périodes antérieures, mais encore, dit Cohen :

 

"il y eut un temps où l'on soutint que même les laïques devaient faire du nom divin un libre usage et s'en servir ouvertement. (...) On a supposé que cette recommandation pouvait provenir du désir de distinguer le Juif du [non-Juif]". 

 

  ------- 

 

 

Mais au fait, qu'elle est la seule religion sur terre qui emploie le nom de Dieu ?

 

 

« Car tous les peuples, eux, marcheront chacun au nom de son dieu, mais nous, nous marcherons au nom de Jéhovah notre Dieu pour des temps indéfinis, oui pour toujours. »

 

(Mika 4 : 5)

  

------- 

Les commentaires sont fermés.